Courses du mois de mai 2012:

Posté par elanonnaingois le 28 avril 2012

Une grosse activité des « élans » est à attendre en ce mois de mai qui promet d’être ensoleillé!

- Courses du mois de mai 2012: dans Calendrier BANDEAUAPLAT2012-300x151le 1er: la 29ème édition des 20km de Maroilles: course populaire qui réunit coureurs du dimanche et stars africaines des pelotons, les 20km de Maroilles sont tracés dans le bocage avesnois. Le parcours en forme de 8 permet aux coureurs de goûter 2 fois plus à la ferveur des 20000 spectateurs massés dans les rues de Maroilles. Une grosse difficulté attend les coureurs au 15ème km avec la longue côte d’1km dans le village de Grand-Fayt. Les 20km de Maroilles sont un grand classique pour les « élans » qui n’ont jamais manqué une édition depuis la création de l’association. Le départ est traditionnellement donné sur les coups de 15h du centre du village pour les 4500 participants.  Une marche est aussi organisée le matin avec un départ à 10h. Etant donné le nombre de participants, ceux-ci sont rangés par sas de couleur sur la ligne de départ. Des ravitaillements sont installés tous les 4km sur le parcours. Chaque coureur recevra à l’arrivée une médaille, un maroilles et une flamiche. Il n’est plus possible de s’inscrire par internet, par contre, les inscriptions par courrier se font jusqu’au 27 avril (cachet de la poste faisant foi) adressées au Comité d’organisation des 20km de Maroilles, Mairie de Maroilles, BP 10211, 59550 Maroilles: fichier pdf 20kmMaroilles . La PAF s’élève à 14€ à verser par chèque à l’ordre des 20km de Maroilles. Les dossards sont à retirer le jour de la course à partir de 8h sur la Place de la Mairie.  Des prairies seront gentiment ouvertes par les agriculeurs en cas de beau temps et feront guise de parcs de stationnement afin d’accuellir les coureurs et les suiveurs. Pour plus de renseignements, téléphoner au 03-27-84-77-07 ou envoyer un e-mail à 20km-maroilles@wanadoo.fr

Cette année, on comptera sur Adrien, Jean-Marc, Lionel et Pascal pour représenter brillamment les « élans« !

Capture-228x300 dans Calendrier

 

 

 

- le 5: le 2ème Raid des 5 villages à Frasnes-lez-Gosselies (B): L’ASBL Latitude 50 organise un raid composé de 5km de run&bike, 45km de VTT en ourse d’orientation et 10km de course à pied. Le parcours est à réaliser par équipe de 2. Les 2 membres du binôme doivent rester groupés toute l’épreuve. Les parcours sont balisés, une carte sera tout de même remise au concurrent pour le VTT. De plus, pour l’épreuve VTT, le port du casque est obligatoire. Rendez-vous au complexe sportif de Frasnes-lez-Gosselies, rue J-B Loriaux. L’heure du départ n’as pas été communiquée. Les inscriptions se font avant le 1er mai sur le site Latitude 50 . Aucune inscription après cette date. La PAF est de 25€ par équipe à verser sur le compte 068-2517954-55 Latitude50 asbl Avec en communication le nom de l’équipe. Les inscriptions seront officielles dés réception du paiement. Pour plus de renseignements, visiter le site de l’association ou  contacter Olivier Kowal: e-mail: olivier.kowal@latitude50.eu  tel: +32/479/7723/45 ou David Bracke: e-mail: dabracke@gmail.com , tel: +32/494/85/69/99.

 

 

 

 

FlyerTrith-246x300ParcoursTrith-300x260

- le 8: la 23ème Course Internationale de la Paix à Trith-St-Léger: Cette édition jouit d’un label régional classant et qualificatif pour le championnat de France FSGT du 10km et du semi-marathon. Outre ces distances on recense également un 2km et des randonnées de 6 et 13km. Les départs sont donnés Place Roger Salengro près de la mairie à  13h 30 pour le 2km, 14h pour le 10km et 15h 45. Des postes de ravitaillements et d’épongeage sont installés sur le parcours tous les 5km. Des vestiaires, sanitaires et douches sont à disposition des coureurs à la piscine municipale (ne pas oublier sa tenue de bain). Chaque arrivant se verra remettre un sac marin et pourra participer à la magnifique tombola: scooter, séjour aux Baléares, appareil-photos… Les inscriptions ( fichier pdf BITrith ) se font en mairie de Trith aux heures d’ouverture ou par courrier à adresser à Mr Jean-Luc Potier en mairie de Trith avant le 1er mai. Les chèques sont à libeller à l’ordre de l’OMS de Trith-St-Léger. Il sera également possible de s’inscrire le jour de la course sous peine de d’une majoration d’1,50€. La PAF s’élève à 4,50€ pour le 2km, 6€ pour le 10km et 8€ pour le semi-marathon. Les dossards seront à retirer individuellement le jour de la course à partir de 9h au restaurant scolaire derrière la mairie. Pour plus de renseignements, téléphoner au 03/27/2469/23 ou au 03/27/24/78/60 ou envoyer un e-mail: sporttrith@trith.fr

 

 

 

- le 13:  La 7ème Route du Louvre Lille-Lens: Bulletin d’inscriptionfichier pdf BILouvre

ParcoursmarathonLouvre-300x171 -  le marathon: Label national qualificatif pour le Championnat de France, parcours identique à 2011, départ à 10h du centre commercial Euralille à Lille, arrivée au site du 11/19 à Loos en Gohelle. Les participants seront accueillis dans les locaux de LMCU à deux pas du départ et du village départ pour accéder aux vestiaires, toilettes et consignes. Les dossards sont à retirer sur le site d’arrivée les 9 et 10 mai de 11h à 19h et sur le village départ à Lille le 11 mai de 14h à 19h,  le 12 mai de 10h à 19h et le 13 mai jusqu’à 1h avant le départ. Aucun dossard n’est envoyé par courrier. Des navettes en bus seront mises en place toute la journée entre le Stade Bollaert de Lens et la gare SNCF de Lens. Deux TER rallieront la gare Lille Flandres au départ de Lens avant le départ. D’autres trains iront vers Lens après midi. Les inscriptions se font jusqu’au 4 mai par courrier (à l’adresse suivante: LNPCA- La Route du Louvre, BP 50163 Oignies, 62212 Carvin cedex) réglées à l’ordre de LNPCA ou par internet . La PAF est de 48€.

 

 

Parcours10kmLouvre-300x169

 

- le 10km: Label régional qualificatif pour le Championnat de France, parcours identique à 2011, départ à 10h 30 du site 11/19 à Loos en Gohelle, arrivée au même endroit. Vestiaires, toilettes et consignes sur le site du 11/19.  Les dossards sont à retirer sur le site d’arrivée les 9 et 10 mai de 11h à 19h et sur le village départ à Lille le 11 mai de 14h à 19h,  le 12 mai de 10h à 19h et le 13 mai jusqu’à 1h avant le départ. Navettes en bus entre le Stade Bollaert et le site du 11/19 toute la journée à intervalles réguliers.  Les inscriptions se font jusqu’au 4 mai par courrier (à l’adresse suivante: LNPCA- La Route du Louvre, BP 50163 Oignies, 62212 Carvin cedex) réglées à l’ordre de LNPCA ou par internet . La PAF est de 7€.

 

 

CLMLouvre-300x124 - le contre-la-montre du terril: nouveauté en 2012. Le principe est simple: grimper le terril du site du 11/19 le plus vite possible. L’épreuve se déroule de 11h à 14h avec un départ toutes les minutes. Pour cette 1ère année, la course est limitée à 180 participants. Vestiaires, toilettes et consignes sur le site du 11/19.  Les dossards sont à retirer sur le site d’arrivée les 9 et 10 mai de 11h à 19h et sur le village départ à Lille le 11 mai de 14h à 19h,  le 12 mai de 10h à 19h et le 13 mai jusqu’à 1h avant le départ. Navettes en bus entre le Stade Bollaert et le site du 11/19 toute la journée à intervalles réguliers.  Les inscriptions se font jusqu’au 4 mai par courrier (à l’adresse suivante: LNPCA- La Route du Louvre, BP 50163 Oignies, 62212 Carvin cedex) réglées à l’ordre de LNPCA ou par internet . La PAF est de 5€.

Egalement beaucoup de randonnées et un marathon-relais.

Plus de renseignements sur: http://www.laroutedulouvre.fr/cmsms/  , infos inscriptions: tel: 03/21/08/62/26 ou e-mail: inscriptions@laroutedulouvre.fr; infos générales: 03/21/08/62/30 ou e-mail: contact@laroutedulouvre.fr

 

 

 

 

FlyerTransbaie-300x64

- la Transbaie à Saint-Valéry sur Somme: 24ème édition de cette course hors du commun organisée en Baie de Somme pour laquelle 6500 coureurs sont attendus. Le départ est donné aux alentours de 13h 30 en fonction de la marée Avenue Romain Michel. Les coureurs prendront la direction du Crotoy en traversant la baie. Après un ravitaillement à mi-course dans ce village, les coureurs feront demi-tour pour franchir la  ligne d’arrivée située Avenue du Maréchal Leclerc après 14km de course. En raison du caractère remarquable du site, les coureurs s’engagent à ne pas laisser de détritus sur le parcours. Des prairies sont ouvertes en guise de parkings pour permettre aux coureurs de se garer. Des navettes en petit train transporteront les coureurs et accompagnateurs vers le village départ. Les inscriptions sont encore possibles tant que le nombre limite de participants n’est pas atteint. Les inscriptions se font par courrier. Bulletin ( fichier pdf bulletin-transbaie-2012 ) à renvoyer à Transbaie service Inscriptions, 11 rue du Puits salé, 80230 St-Valéry sur Somme, accompagné d’un chèque de 19€ à l’ordre de la Transbaie. Les dossards sont à retirer la veille de la course sur le village départ de 15h à 18h et le jour de la course à partir de 9h. Pour plus d’informations: http://www.transbaie.com/

Chez les « élans« , on retrouvera Adrien, Fred, Lionel, Jean-Marc et Medhi!

banniere-300x87 - le 17: les Boucles de Gayant à Douai: à l’occasion des fêtes de Gayant, l’OMS de Douai organise les Boucles de Gayant qui réunissent chaque année près de 3000 participants. Les distances proposées sont 900m pour les enfants, 2, 5 et 10km ouverts aux adultes. Les départs sont donnés à partir de 14h 30 Place du Barlet. Les parcours sont tracés essentiellement dans les grandes artères de la ville ainsi que dans le Parc Charles Bertin. Les inscriptions se font par courrier ( fichier pdf bulletin_inscription_boucles_2012 ) ou par internet . Apparemment, il serait possible de s’inscrire le jour de la course sous peine d’une majoration de 2€. Les droits d’inscription s’élèvent à 1€ pour la 2km, 4€ pour la 5km, 8€ pour la 10km et 9€ si le coureur veut à la fois participer au 5 et au 10km. La course enfants de 900m est gratuite. Les dossards sont à retirer la veille de la course de 14h à 18h ou le jour de la course à partir de 10h sous chapiteau, place du Barlet. Les participants auront la possibilité de déposer leurs effets personnels aux consignes situées sur le site de la place du Barlet. Des vestiaires et douches (maillot de bain obligatoire) seront à la disposition des participants à la piscine des Glacis (rue d’Arleux) située à 300 mètres du site départs/arrivées. Les organisateurs déclinent toutes responsabilités en cas de perte ou de vol d’objets laissés aux vestiaires et consignes. Pour plus de renseignementshttp://boucles-de-gayant.fr/  contacter l’OMS de Douai: Hôtel de Ville, BP 80836, 59508 Douai CEDEX , tel: 03/27/93/58/97

Image de prévisualisation YouTube

wp8a024232-300x85- le 27: le 7ème Trail de la Fraise à Lecelles: Pour la 1ère fois depuis sa création, Hercule Team organise son trail le dimanche matin, probablement pour échapper à la canicule de l’après-midi et pour attirer un maximum de coureurs. Les parcours sont tracés dans la campagne amandinoise où il ya très peu de dénivelé. Le passage à gué et la traversée du Fort de Maulde sont les moments mémorables de la course. Cette année, le Trail de la Fraise fait partie du Challenge du Hainaut associant les Foulées Printanières de Saultain, la Course des Terrils de Raismes et donc le Trail de la Fraise. Les distances proposées sont 6 (Cigaline), 15 (Cijossé) et 25km (Mara des Bois) (en dehors des courses enfants) avec en prime un nouveau tracé pour la grande distance. Les départs sont donnés rue de l’Egalité devant la salle des sports à partir de 9h. Les inscriptions ( fichier pdf BILecelles ) se font, par courrier pour le 22 mai au plus tard, accompagnées d’un chèque du montant de l’inscription à l’ordre d’Hercule team et à adresser à Mme Joëlle Robert, 98 rue Neuve, 59226 Lecelles. Il est aussi possible de s’inscrire par internet (majoration d’1,50€)  jusqu’au 23 mai ou sur place la veille de la course de 10h à 18 (majoration de 2€). Attention, aucune inscription le jour de la course. Les droits d’inscription, tous reversés à l’association des Clowns de l’espoir et à un orphelinat à Haïti s’élèvent à 12, 10 et 5€ pour respectivement la 25, 15, 6km. Les dossards sont à retirer le samedi 26 mai de 10h00 à 18H et le dimanche matin à partir de 8h. Vestiaires et douches sont à disposition des coureurs au niveau de la salle des sports.  Des animations et une petite restauration sont également à attendre. Pour plus de renseignements:  http://www.traildelafraise.fr/

Publié dans Calendrier | 13 Commentaires »

La Bouillonnante le 21 avril 2012:

Posté par elanonnaingois le 22 avril 2012

Jérémy, seul « élan » à participer à la 7ème édition de la Bouillonnante raconte sa course:

La Bouillonnante le 21 avril 2012: dans Compte-rendu courses img079-300x217« Dès le vendredi soir sur la route ralliant Onnaing à Bouillon, j’ai pu me faire une idée des conditions météo de la course: une alternance entre éclaircies, averses soutenues, grêles et orages. La Bouillonnante s’annonçait donc dantesque! J’arrive sur les lieux de la course avec mon père qui m’a accompagné lors de ce périple, le vendredi soir pour retirer mon dossard et être un peu plus tranquille le lendemain étant donné que plus de 1500 trailers sont attendus. Il n’y a pas foule sous le chapiteau installé sur les hauteurs de la ville devant l’entrée du château. Je reste quelques minutes puis retourne à la voiture pour dormir à l’hôtel côté français (Douzy).

Le lendemain, toujours pas de soleil. A Douzy, il fait gris, plus je me rapproche de Bouillon, plus les nuages sont noirs. A la frontière, la pluie commence à tomber, les nuages semblent scotchés à la cime des sapins dressés sur les falaises entourant l’autoroute dessinée en contrebas. L’entrée dans Bouillon est marquée par une pluie de grêle, intense mais passagère. Je me gare dans le centre-ville de Bouillon, le long de la Semois, je prépare mon camelbak et je ne veille à rien n’oublier car, une fois arrivé à l’entrée du château tout là-haut, je ne vais pas m’amuser à redescendre à la voiture!

Il est 8h 15 et l’esplanade commence à se garnir doucement. On patiente comme on peut sous un petit crachin. Malgré la somptuosité des lieux, le moral n’est pas à 100%, le terrain risque d’être glissant voire dangereux. L’idée de rentrer dans les délais trotte dans les têtes surtout dans celles des coureurs du 52km. A 9h, ces derniers sont invités à entrer dans le Château, lieu du grand départ. 15 minutes plus tard, ils ressortent du château sous les clameurs et applaudissements des spectateurs et coureurs des 24 et 19km, le tout avec un fonds sonore digne du Moyen-Âge (ERA).

Alors que je me dirige vers le Château pour prendre à mon tour le départ de la course, je croise une tête bien connue des « élans« : Vincent. Nous gagnons donc ensemble la cour du Château et papotons jusqu’à ce que le départ soit donné. En fin connaisseur, il me donne quelques conseils et me parle des endroits clés de la course. A 9h 15, près de 700 trailers sont lâchés, nous passons sous les tunnels du Château puis rejoignons l‘esplanade où les spectateurs sont amassés. Les premiers kilomètres sont faciles, je suis en compagnie de Vincent et doublons pas mal de monde sur des routes larges et bitumées le long de la Semois. Puis nous quittons la route et prenons un sentier en partie pavé.

Au bout de 2 kilomètres, nous nous retrouvons directement face à la forêt et à une côte bien pentu. Je suis déjà obligé de marcher, souvent en mettant les mains sur les genoux. De temps à autre, mon pied glisse et je suis obligé de mettre une main à terre. La pluie de ces dernières semaines a effectivement rendu le terrain glissant comme j’en avais peur. Au bout de 5 minutes, je suis en haut et il est temps de descendre sur un chemin en lacets. La prudence est de mise, je ne prends aucun risque et me laisse doubler. La petite expérience que j’ai m’oblige à ralentir pour le bien de mes chevilles. En bas, nous traversons un filet d’eau et… nous remontons sur un sentier à n’en plus finir. Certaines côtes assez pentues me sont favorables car contrairement aux autres, je suis capable de passer en courant. Par contre, dans les murs dans lesquels la course est impossible, je perds un peu de temps et me fait doubler. A vrai dire, j’avais déjà fait ce constat au Trail de la Fraise ou au Trail des Bosses.

Au 5- 6ème kilomètre, nous quittons temporairement la forêt avec une traversée du petit village de Corbion. Vincent qui avait perdu quelques longueurs dans la dernière côte, me rejoint alors que de nouveaux paysages s’offrent à nous. En effet, nous nous enfonçons dans la forêt, plus sauvage que jamais, les sentiers de terre laissent la place à des chemins rocailleux particulièrement glissants. Du côté du dénivelé, il est globalement plus positif que négatif, néanmoins, c’est une succession de toboggans qui se présente aux coureurs. C’est à ce moment de la course, sur une partie très technique que la grêle a décidé de tomber. Par conséquent, la vision est troublée, la progression est ralentie. Je m’efforce à garder le plus possible les yeux grands ouverts pour ne pas rater une racine ou un caillou piégeux. Heureusement, l’averse ne dure qu’une quinzaine de minutes, mon « k-way des « élans » m’a bien préservé! L’ascension continue de plus belle et la roche est de plus en plus présente. Nous sommes alors sur les Crêtes de Frahan du haut desquelles j’aperçois la vallée de la Semois. Quelques escaliers et rambardes sont aménagées sur le parcours pour accéder aux éperons rocheux.

                      Crédit photo: Jacques Wasterlain

DSC_0505-300x198 dans Compte-rendu coursesAprès la montée, la descente. Technique, comme toujours, mais sympathique. Tout en restant vigilant, il est possible de s’amuser dans cette pente. Je reviens bientôt à la civilisation. En fait, le village de Frahan est en approche. Je retrouve le bitume, je lâche le chevaux et arrive devant le 1er ravitaillement. J’ai donc parcouru 12km sur 24. J’ai bouclé cette 1ère partie de course en 1h 23min. Pour l’instant, je me sens bien. Les jambes n’ont pas souffert et sont prêtes à en découdre avec le gros morceau. Pendant que je me ravitaille, Vincent arrive et concède que la grêle l’a bien gêné dans sa progression. Nous faisons course commune à l’issue du ravitaillement, nous traversons la Semois et entrons de nouveau dans la forêt.

Un virage à droite et nous passons sur les tapis de Chronorace synonyme de « The Wall« : 700m de long, 150m de D+. Nous abordons la difficulté de manière raisonnable à petites foulées. Très rapidement, il faut quitter les chemins et grimper à même la pente. Evidemment, il n’est plus question de courir, il faut marcher voire ramper. Des racines, cailloux et mêmes arbres couchés se dressent sur notre chemin. Chaque coureur trace sa propre route en espérant que ce soit la plus favorable. Souvent avec les mains sur les genoux, je ne cherche pas à me griller, simplement à arriver en haut. Au bout de 8 minutes, je pense être en haut de « The Wall » puisque nous regagnons un chemin. Un trailer m’apprend alors que nous ne sommes qu’à mi-ascension. Effectivement, le sentier est quitté rapidement pour reprendre la pente de plein fouet. De temps à autre, je me retourne et vois Vincent perdre quelques mètres de plus à chaque fois.

En haut de « The Wall« , presque 15 minutes à la montre . Des spectateurs, postés sur le caillou synonyme de sommet, encouragent des trailers qui tirent la langue. En effet, c’est la fin, le 2nd tapis Chronorace est franchi. Je pourrai intégrer le classement de la course de côte! (officiellement: 13min19s et 284ème place sur la course de côte). Je me réjouis de d’avoir avalé le supposé gros morceau de la course, pourtant, mon calvaire ne fait que commencer. Et oui, il faut maintenant descendre « The Wall« , seules certaines portions sont courables. La plupart du temps, il faut tirer le frein  à main pour ne pas dégringoler à travers la montagne. Le sentier, quand il y en a un, est très pentu, sinueux, glissant et étroit. Les  pousses d’arbres sont des gages de sécurité à des endroits où la prise de vitesse peut être fatale. Des échelles d’un autre âge sont mêmes installées sur des blocs rocheux infranchissables. Très prudent, je perds pas mal de places sur certains trailers ont apparemment l’habitude de descentes accidentées. Alors que le plus difficile semblait être passé, un embouteillage s’est créé. Comme quelques autres, je décide de prendre un itinéraire bis pour gagner quelque secondes. Peut être plus rapide mais assurément plus dangereux, ce passage est carrément un à-pic. Pour éviter de me blesser, je me mets accroupi et me laisse descendre. Rapidement, je ne contrôle plus rien et prends beaucoup de vitesse et glisse sur mes fesses sur plus de 30 mètres. J’arrive à bon port sans dégât et l’opération comptable est positive.

La descente vertigineuse est terminée et il est enfin possible de courir. Sur un faux-plat descendant, je laisse parler mes qualités de coureur sur route et double beaucoup de trailers avec des pointes à plus de 16-17km/h. Une nouvelle côte se profile à l’horizon à travers la forêt de Bichetour. Je me sens toujours aussi bien même si je ne gagne pas de position quand il faut que je marche.

Au 19ème km, un 2nd ravitaillement est organisé au niveau du Tombeau du Géant. Seule de l’eau et de la soupe sont proposées, je sors quelques petits trucs solides à grignoter de mon Camelbak. Je m’étire un peu après avoir repris des forces. Je regarde derrière moi mais pas de Vincent à l’horizon. Tant pis, je décide de repartir seul. Le soleil pointant le bout de son nez, je retire mon K-way et le range dans le camelbak. Je reprends ma marche en avant tranquillement. Je sais qu’il ne reste qu’une côte mais au bout de 20km et 2h 30min d’effort, mes petites jambes sont lourdes. La perspective de rallier l’arrivée de 5km me donne du courage. La fin ne sera que du plaisir.

Juste avant la montée sur le belvédère, les coureurs ont droit à du plat. En dépit de cette portion favorable, j’ai clairement du mal à accélérer et à atteindre les 11-12km/h.  Malgré tout, j’arrive à cette côte, je m’accroche à ceux qui me précèdent et arrive enfin au bout. Je profite de la vue dégagée et ensoleillée plusieurs fois, je sais que la Bouillonnante sera finie dans 2km! Au belvédère, je reconnais même Bouillon et son Château, le lieu d’arrivée. Nous descendons alors la colline sur un sentier en lacets agréables. Seul le bas de la descente est très pentu, sachant que j’ai réussi ma Bouillonnante, je prends confiance et me relâche alors que la plupart sont crispés sur ce terrain glissant.

Ca y est, j’arrive sur le pont pavé enjambant la Semois. L’ultime difficulté est la remontée sur le Château par les escaliers des remparts. 3 minutes d’effort et c’est la délivrance, les spectateurs applaudissent, j’accélère pour doubler 2 trailers et je franchis la ligne d’arrivée en 3h 33min et 13s à ma montre.

Sous la tente d’arrivée, je me ravitaille et attends que l’averse de grêle qui s’est manifestée juste après mon arrivée se dissipe. Couvert de boue, je prends une douche dans la cour d’une école de Bouillon. Je me restaure rapidement dans une friterie ayant une vue sur la Semois puis prends la route pour le Nord avec plein de magnfiques images dans la tête!

La Bouillonnante 2012 est terminée pour moi. Officiellement, je termine en 3h 33min 19s (289ème sur 648 classés). Pour une découverte, c’est bien évidemment une sacrée performance. PS: Vincent, que j’ai perdu de vue au 13ème km, a terminé en 4h 00min 30s en 424ème position.« 

Voilà une vidéo en caméra embarquée filmée par Jérémy et un album photos personnel:

Image de prévisualisation YouTube
LaBouillonnante21Avril2012
La Bouillonnante (21 avril 2012)

Publié dans Compte-rendu courses | 12 Commentaires »

Le Night Trail Frameries le 7 avril 2012:

Posté par elanonnaingois le 8 avril 2012

3ème édition du Night Trail Frameries, 3ème participation des « élans« ! Contrairement aux années précédentes, la chaleur n’était pas de la partie, c’est le moins qu’on puisse dire avec des températures fraîches et un vent glacial. Les conditions météorologiques n’ont cependant pas découragé les trailers et randonneurs venus en masse. Madres Asbl pourra se réjouir d’un nouveau record de participation!

Les « élans » reconnaissables avec leur T-shirt caractéristiques ont été accueilli dans la bonne humeur à la sale Max Audain qui sentait déjà bon le hamburger. Après un retrait des dossards rapide, ils ont patienté en papotant pendant une bonne heure autour d’une des tables installées en vue du repas « cochon » d’après-course. Ils ont  été ensuite se changer et comme d’habitude, on a pu assister à des gamineries entre Fred et Adrien. Le premier nommé était particulièrement taquin étant donné que, blessé, il n’avait pas à se soucier de la course et pouvait à loisir enquiquiner son camarade!  C’est d’ailleurs Adrien qui est parti le premier sur le 22km à 20h 30. Initialement inscrit avec Fred, celui-ci a dû se résoudre la mort dans l’âme à abandonner son copain seul dans la nuit noire. Les autres « élans » c’est à dire, Jean-Marc, Lionel, Pascal et Jérémy, se sont présentés sur la ligne de départ 1/4 d’heure plus tard pour 14km.

Côté parcours, rien n’a changé apparemment. Les trailers équipés de l’indispensable lampe frontale ont rapidement rejoint le Pass (centre minier ouvert au public) et, par conséquent, le 1er terril dénommé Crachet. Ce terril donne le ton et permet à tous de savoir ce qui les attendra au fil des 6, 14 ou 22km. La pente du Crachet est très rude, une corde est là pour soulager les cuissses et mollets qui gonflent déjà. A la force des bras et des jambes, les coureurs arrivent en haut après 150m d’escalade. Exténués, ils reprennent leur souffle sur le replat puis ils attaquent la descente technique mais pas trop piégeuse.

En bas du terril, les coureurs passent sur le parking jouxtant le Pass et s’engagent dans les champs balayés par un vent assez fort. La seconde partie de cette portion est en descente avec un vent dans le dos, il est alors possible de se laisser porter et de prendre de la vitesse avant le retour des terrils.

Les parcours du 14 et du 22km se séparent alors. Alors que certains se coltineront l’Héribus parcouru en tous sens, les autres échapperont à ce calvaire pour se diriger directement vers un sentier monotrace sympathique dans la forêt mais qui laisse entrevoir une difficulté. En effet, une côte de craie glissante se présente aux trailers. Non comptabilisée comme un terril, elle fait néanmoins son oeuvre sur les organismes et il est même judicieux de la grimper à 4 pattes pour sécuriser ses appuis. La descente est quelque peu dangereuse, serpentant entre les arbres et laissant poindre des racines. Heureusement, le balisage à ce niveau de la course est parfait et les obstacles sont mis en évidence par de la peinture rose.

La suite est plus agréable puisque le ravitaillement a pris se quartiers juste après le passage de cette difficulté. Le moment est d’autant plus agréable, qu’outre un ravitaillement traditionnel, certains coureurs ont pu apprécier à leur juste valeur des douceurs locales alcoolisées. L’arrêt, plus ou moins de courte durée, n’est pas définitif et il faut repartir à l’assaut du dernier terril: le Titan du Levant. Les contreforts du terril sont visibles de loin mais sont effrayants. Les premiers mètres le confirment, la pente est dure et les mollets gonflent immédiatement. Le chemin est étroit, tracé entre les jeunes arbres. Plantés au bon endroit, ils aident les trailers qui progressent lentement sur le Titan du Levant. Le sommet dépourvu d’arbres, laisse les coureurs seuls avec leur peine. En haut, la vue sur le Borinage est dégagée, malheuresuement à ce moment de la journée, on aperçoit unquement les lumières des villes. Et on redescend le terril par des chemin plus conventionnels mais tout aussi dangereux surtout que le manque de lucidité se fait sentir. Les sentiers empruntés sont relativement larges, la prudence est tout de même de mise avec des gros cailloux jonchant le sol et des raccourcis pentus hors piste vers les lacets suivants.

Une fois la descente du Titan du Levant achevée, le parcours continue en forêt sur des chemins sinueux dont on a le sentiment qu’ils ont été créés pour l’occasion. Aucune trace au sol, seul la rubalise accrochée aux arbres indique la bonne direction. Des branches d’arbres, des orties et autres mauvaises herbes rendent hostile ce tronçon valonné. Les coureurs entrevoient quand même la fin du calvaire à ce stade, quelques monotraces dans la forêt et une longue ligne droite de Ravel les ramènent sur Frameries. Le fléchage est compliqué à repérer, des erreurs de direction sont plus fréquentes maintenant ( les 3-4 derniers kilomètres ont été un peu moins fléchés ou plutôt le fléchage était moins visible).

Alors que la fin de course est proche, les organisateurs ont tenu à intégrer au parcours une dernière difficulté. Une petite côte très pentue, probablement la plus pentue se dresse devant des trailers qui pensaient en avoir terminé avec le Night Trail Frameries. Madres a cependant eu la bienveillance d’installer une corde pour ne pas laisser les plus fatigués sur un échec à quelques encablures de l’arrivée. Il reste alors 1 kilomètre, le chevalet du Pass confirme l’impression que ce sont les dernières minutes de course. Encore une centaine de mètres dans les rues en faux-plat de Frameries et la ligne est franchie.

Après la course, chacun a pu se restaurer dans la salle de sports avec un bon cochon-frites!

Excellents résultats des « élans« : Classements généraux fichier pdf restrailfram2012

Sur la 22km:

- Adrien: 2h 12min 24s (46ème sur 145)

Sur la 14km:

- Jérémy: 1h 14min 07s (6ème sur 125)

- Jean-Marc: 1h 27min 09s (40ème)

- Lionel: 1h 29min 19s (47ème)

- Pascal: 1h 31min 34s (55ème)

Le Night Trail Frameries le 7 avril 2012: dans Compte-rendu courses BILD00021-300x225   BILD00031-300x225 dans Compte-rendu courses   BILD00041-300x225

L’album photos Madres:

NightTrailFrameries7Avril2012
Night trail Frameries (7 avril 2012)

Quelques vidéos:

Image de prévisualisation YouTube Vidéo de Cyberbubu

Image de prévisualisation YouTube Vidéo de SebPowerFull

Publié dans Compte-rendu courses | 12 Commentaires »

Le Parcours du Coeur à Onnaing le 1er avril:

Posté par elanonnaingois le 6 avril 2012

Pour la 4ème année consécutive, l’ »Elan onnaingeois » a répondu présent pour la mise en place des épreuves de VTT et de course à pied sur Onnaing organisées dans le cadre du Parcours du Cœur. Les participants avaient rendez-vous Rue des bleuets pour effectuer 1 ou plusieurs boucles de 3,5km tracées dans les champs à proximité de l’A2. Le succès de cette journée est mitigée puisque seule une trentaine de personnes a fait le déplacement malgré une météo favorable. On notera quand même un petit coucou des randonneurs et une photo groupée sur le parcours VTT. Outre le VTT, la course à pied et la marche, il était possible de s’adonner au tir à l’arc et à l’athlétisme et d’apprendre les gestes de 1er secours à la salle Béatrice Hess. Une journée riche pour bouger son cœur!

Le Parcours du Coeur à Onnaing le 1er avril: BILD0004-300x225   BILD0003-300x225   BILD0002-300x225   BILD0001-300x224

Image de prévisualisation YouTube Désolé pour le cadre noir, utilisation d’un stabilisateur d’images!

Publié dans vie du club | 2 Commentaires »

 

Pétanque Bouressoise |
sambofrance |
VIET VO DAO ECOS GASNY |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | llesraiderdebou
| clubsportifibmmop
| footourug